• <script language="JavaScript1.2"> /* SCRIPT EDITE SUR L'EDITEUR JAVASCRIPT http://www.editeurjavascript.com */ function ejs_nodroit() { alert('Zone secrete©'); return(false); } document.oncontextmenu = ejs_nodroit; </script>

    Akon simule des actes sexuels sur scène avec une fille de 14 ans !

    Lors de son concert à Port Of Spain, la capitale de Trinité et Tobago, le chanteur à succès Akon s'est livré à une danse reprenant différentes positions sexuelles en invitant une jeune admiratrice parmi le public... Une danse chaude et torride fut alors entreprise sur scène avec la jeune fille, allant jusqu'à mimer l'acte sexuel devant un public majoritairement constituée de filles en pleine hystérie, alors qu'on apprendra plus tard que celle-ci n'avait que… 14 ans ! Une véritable problématique lorsque l'on sait que cet acte fut filmé et diffusé massivement sur internet ! Le père de la demoiselle, un pasteur de surcroît, a défendu sa fille en affirmant que celle ci avait été prise au dépourvu durant le concert, que les différentes positions mimées par le chanteur sur scène étaient tout simplement atroces... Triste victime que cette adolescente de 14 ans ? Malheureux de voir cette fille sous les projecteurs à cause d'un scandale dont elle se serait bien passée ? Peut-être, mais ceci étant, la jeune fille semble être aguichante, provocatrice, et obscène, si on en croit la présentation qu'elle s'était faite via son profil sur le site hi5.com, où elle déclarait : “Hmm bien, mon nom est Danah, je suis vraiment à part, sauvage, et j'aime m'amuser, j'aime être avec mes amis et traîner, et bien sûr faire la fête ! Je suis une lécheuse professionnelle ! Oh bien, je suis une s****e, j'ai la classe, désobéissez moi et je vous foutrais un coup d'pied au cul ! Contacte moi si tu veux mieux me connaître ou en savoir plus sur moi ! Bien, je suis en paix !” :

     

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>


    votre commentaire
  • <script language="JavaScript1.2"> /* SCRIPT EDITE SUR L'EDITEUR JAVASCRIPT http://www.editeurjavascript.com */ function ejs_nodroit() { alert('Zone secrete©'); return(false); } document.oncontextmenu = ejs_nodroit; </script>

    Un polonais décède après avoir reçu deux décharges de 50 000 volts au teaser

    Robert Dzikanski, un immigré polonais de 40 ans qui arrivait de Francfort, débarque au Canada à l’aéroport de Vancouvert le 14 octobre dernier. C'était la 1ère fois de sa vie qu'il prenait l'avion. Il venait s'installer au Canada, mais ne parlait que le polonais. C’est sa mère qui devait l’accueillir à son arrivée. Il a attendu celle-ci pendant 10 heures dans la zone de livraison des bagages ! Et pour cause : sa mère n'avait pas été autorisée à pénétrer dans la zone sécurisée et a quitté l'aéroport, sans savoir si son fils était arrivé. Excédé d’attendre, Robert Dzikanski se réfugie dans une zone de sécurité du terminal de l’aéroport, se barricade, et jette du mobilier. Les autres voyageurs tente de le raisonner, mais il ne comprend pas la langue… Des policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) décident alors d’intervenir. L’homme n'oppose pas de résistance lorsque 4 policiers s'approchent de lui et l'encerclent. Quelques secondes plus tard, il est atteint par une première décharge de Taser de 50.000 volts, fait quelques pas et s'écroule en poussant des cris déchirants. Une seconde décharge lui est envoyée quelques secondes après, et les policiers le maintiennent alors au sol. Après avoir reçu deux décharges de 50.000 volts, l'homme décède 14 minutes plus tard. Le drame a déclanché un incident diplomatique entre le Canada et la Pologne. En effet, si la GRC a déclaré que Robert Dziekanski avait dû être maîtrisé après s'être montré très agité, une vidéo tournée par un passager canadien et rendue publique cette semaine a relancé l'affaire. La version officielle est donc contredite par ce document amateur : l'immigré polonais n’est pas dangereux, et son autopsie a montré qu'il n'y avait pas de traces d'alcool ou de drogue dans son sang. De son côté, le Canada indique qu’il avait dans sa main droite une agrafeuse qu’il aurait pris sur le comptoir, auquel il était adossé. “J'ai demandé un examen de l'utilisation des Taser. C'est un incident tragique et douloureux. Nous voulons trouver les réponses pour éviter que cela puisse se reproduire”, a déclaré le ministre de la Sécurité publique du Canada, Stockwell Day. De plus, la GRC a appelé le public à ne pas tirer de conclusions hâtives sur la base de la seule vidéo… L'ambassadeur de Pologne à Ottawa, Piotr Ogrodzinski, a critiqué l'action policière, se déclarant “choqué” devant ce “film vraiment douloureux”. “Mon impression est que la réaction des policiers n'était peut-être pas adaptée aux circonstances”, a-t-il ajouté notant que Robert Dziekanski, “avait l'air de rechercher désespérément de l'aide mais ne semblait pas agressif”. Varsovie a demandé des explications aux autorités canadiennes et à être tenue informée du déroulement de l'enquête. La police canadienne a annoncé que les agents impliqués dans cet incident ne seront entendus que l'année prochaine… Dix-sept personnes sont décédées au cours des dernières années lors d'accidents liés à l'utilisation du Taser au Canada, dont trois personnes récemment.

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>


    votre commentaire
  • <script language="JavaScript1.2"> /* SCRIPT EDITE SUR L'EDITEUR JAVASCRIPT http://www.editeurjavascript.com */ function ejs_nodroit() { alert('Zone secrete©'); return(false); } document.oncontextmenu = ejs_nodroit; </script>

    Justice "Stress" : un clip polémique

    Depuis le 1er mai circule sur internet le nouveau clip du groupe français Justice, intitulé "Stress". Si la qualité de la musique est au rendez-vous, c'est l'illustration donnée à travers le clip qui suscite la polémique... Agressions, saccages, vols, incendie, passage à tabac, insultes, ... Pendant plus de 6 minutes ce sont des scènes très dures et très violentes, crées par une bande de jeunes aux blousons ornés du logo en forme de croix du groupe, qui sont diffusés dans le clip. Réalisé par Romain Gavras, membre du collectif Kourtrajmé, ce clip reçoit donc de très nombreuses critiques positives et négatives sur le net, après plus de 300 000 vues sur Dailymotion. Les avis de certains dénoncent un message raciste, d'autres se félicitent de la vision réaliste de cette violence urbaine devenue quotidienne, d'autres analysent la scène finale comme une dénonciation de l'ultra-médiatisation du monde moderne et du voyeurisme de la télévision. Pour Frédéric Lagache, du syndicat de police Alliance, "ce genre d'approche est inacceptable, intolérable dans une société qui a d'abord besoin de repères. [...] L'apologie de la violence est un crime réprimé par la loi". Et vous, qu'en pensez-vous:

     

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique